Rechercher

La low-tech est un concept qui désigne des basse-technologies, c’est à dire, en opposition aux high-tech, des technologie plus durables et moins consommatrices de ressources. Nous allons voir dans cet article quelles sont les bases de la low-tech, découvrir quelques exemples concrets et identifier les acteurs principaux de la low-tech en France et à l’international.

Définition de la low-tech

Le low-tech (littéralement « basse technologie ») est au croisement entre concept et philosophie de vie. De manière concrète ce terme désigne les techniques, les outils, des systèmes, les objets, les pratiques et les modes de vie qui respectent trois grand principes :

La low-tech doit être utile

Dans une société ou le marketing permet de tout vendre (jusqu’à l’eau de son bain) revenir au caractère utile d’un service ou d’un objet semble fondamental. C’est en ce sens que les low-techs définissent en premier lieu qu’il est important de répondre à un besoin essentiel pour un individu, un groupe d’individus et plus largement au collectif.

La low-tech nous invite à revenir aux fondamentaux dans tous les domaines : énergie, alimentation, habitat, transports, déchets, eau, … Cela a pour objectif d’une part de cesser la consommation de ressources à outrance et d’autre part de retrouver du sens dans nos actions et notre manière de vivre et consommer.

Une technologie accessible

L’objectif de la low-tech est qu’elle puisse être utilisée le plus largement possible par l’ensemble de la population du monde. C’est pour cela que le caractère accessible est si important !

Mais il faut encore définir ce qu’on entends par accessibilité pour bien comprendre le concept. Dans le cadre de la basse technologie nous parlons d’accessibilité à tous les niveaux, aussi bien financière que dans l’utilisation ou la réparabilité. En d’autres terme l’objet ou le concept doit être à un coût adapté à la plupart de la population et également suffisament simple pour être utilisable et réparable par le plus grand nombre. Autant dire que c’est l’inverse de l’obsolescence programmée et des appareils que nous connaissons aujourd’hui où il est difficile voir impossible d’effectuer des réparations simples …

Un résultat durable

Le dernier point qui définit les low-tech est la durabilité ! L’objet proposé doit être résilient, recyclable, réparable, résistant et éco-conçu afin d’optimiser les impacts sur notre environnement et sur l’humain. De la conception à l’utilisation il faut garder à l’esprit cet aspect durable. Cela implique parfois de revenir à la simplicité technologique et à réfléchir et co-créer afin de trouver des solutions. Un joli challenge qui est à la fois motivant et indispensable.

 

outils low tech durables et réparables

Conférence de Philippe Bihouix sur les Low-tech

Philippe Bihouix est ingénieur. Spécialisé dans la finitude des ressources (notamment minières) et des enjeux technologiques, il a écrit le livre :  L’âge des Low-tech.

Ce livre explique pourquoi la haute technologie n’est pas viable et propose les low-tech comme axe de solution.

Dans cette conférence, il nous partage sa vision.

Quels sont les champs d’application de la low-tech ?

Les champs d’application de la low-tech sont nombreux et on peut dire qu’elle s’applique à tous les domaines de notre vie. Partout où il est possible de faire plus durable, plus accessible et plus utile il est de notre devoir de le faire.

Comparatif High-tech Vs Low-tech

Avantages et points faibles du High-tech

Les avantages de la haute technologie sont évidents : rapidité de calcul et de traitement, production industrialisée, conception simplifiée. Mais cela a un coût énorme pour la société et l’environnement puisque les objets deviennent des consommables, leur fonctionnement propriétaire est très obscur, les matières première ne sont pas inépuisable et la plupart de temps le recyclage est complexe voir impossible.

Avantages et points faibles du Low-tech

Du côté des low-tech, la conception est plus longue puisqu’on on ne conçoit pas seulement un produit mais qu’on réfléchit à l’avenir du produit selon les trois critères énoncés précédemment : durabilité, accessibilité et utilité. D’autre part les performances sont différentes. J’emploi volontairement le mot « différent » car ce n’est pas comparable dans le sens où la low-tech nous invite à revenir à un rythme de vie plus humain et soutenable.

Quelques exemples de projets low-tech innovants

Le Fairphone, solution lowtech dans le numérique

Le téléphone Fairephone est un téléphone pensé pour être réparé facilement et durer dans le temps. Il est démontable avec de simples outils et chaque module est remplaçable sans compétences particulières. Dans le domaine de la téléphonie mobile c’est le téléphone qui se rapproche le plus de la définition de la low-tech.

La maison écologique

On voit de plus en plus de maisons écologiques qui permettent de réduire l’impact environnemental et les factures grâce à une faible consommation énergétique. Les matériaux de construction utilisés sont habituellement naturels, recyclables et non polluant. Le choix des matériaux et l’écoconstruction associés aux équipement domestiques amènent la sobriété énergétique qu’on peut attendre dans la low-tech. Il existe plusieurs modèles de maisons autonomes : passive, bioclimatique, positive, BBC ou tiny house.

maison passive ou bioclimatique low-tech

Cuisiner avec un four solaire

Pour la cuisine, la cuisson solaire est une alternative low-tech aux technologies au gaz ou à l’électricité. Le principe est de concentrer les rayons du soleil en un point pour chauffer un récipient. Il existe différents modèles. Vous pouvez découvrir les Fours et cuiseurs solaire de Solar Brother. Le principe de la Marmite norvégienne est également un principe low-tech très intéressant pour la cuisson des aliments.

Four solaire solution de cuisson low-tech

Le déshydrateur solaire

Le déshydrateur solaire permet d’avoir des fruits et légumes d’été toute l’année grâce au soleil. En effet avec des matériaux simple et des principes thermodynamiques de base, le déshydrateur solaire permet de faire sécher les aliments sans dépense énergétique et de manière saine et naturelle.  Vous pouvez découvrir les Séchoirs solaires de Solar Brother.

Fabriquer un frigo low tech

Le principe est simple. On utilise 2 pot en terre cuite de diamètre différent. On les positionne l’un dans l’autre avec une couche de sable entre les deux. On humidifie le sable et on place un linge humide sur le dessus. On positionne ce frigo du désert à l’ombre dans un courant d’air.

Vous connaissez ce principe ! Lorsque vous transpirez ou vous vous humidifiez et que vous vous mettez au vent, l’eau va s’évaporer va provoquer un baisse de température. Il en est de même pour les pots.

Conservation des aliments

Il existe des principes de conservations des légumes ne nécessitant pas de congélateur. Par exemple pensez aux légumes lacto-fermentés ou à la pasteurisation.

Un aquarium low-tech pour vos poissons

Pas de filtration ! Pas de changements complets de l’eau !

Le principe est d’utiliser des plantes et un aquarium ouvert afin de laisser faire la nature. Les plantes ainsi que les microorganismes se chargeront d’entretenir le bassin. Il faut juste ajouter un peu d’eau de temps en temps et racler les vitres.

Optez pour des toilettes sèches

Les toilettes sèches permettent d’économiser l’eau, ressource de plus en plus rare et précieuse. En plus vous pourrez récupérer une matière première compostable pour amender votre jardin.

Voir les toilettes sèches de l'écopot

Utiliser un chauffe-eau solaire

Il est possible de fabriquer un chauffe eau solaire à partir de récupération afin d’utiliser le soleil pour chauffer votre eau. C’est une économie d’énergie simple et durable.

Récupérateur d’eau de pluie

Récupérer l’eau de pluie et utiliser cette eau pour arroser le jardin permet d’économiser l’eau. De plus en placant la cuve en hauteur vous pourrez utiliser la gravité pour arroser !

Phytoépuration

La phytoépuration consiste à récupérer les eaux grises (douche, cuisine, …) et après un passage par un bac de dégraissage, les faire passer par des bac composés de plantes et minéraux pour filtrer l’eau afin de la rendre de nouveau utilisable pour le jardin.

Poêle de masse

Un poêle de masse va stocker la chaleur et la restituer au fur et à mesure de la journée permettant ainsi un gain en bois et en temps.

Les solutions low-tech pour le quotidien sont nombreuses et les exemples ci-dessous ne s’ont qu’une petite partie de ce qui peut se faire.

Qui sont les grands acteurs de la Low tech ?

La Low tech en France

En France le plus connu des acteurs est le Low-tech Lab. Créé en 2012, il regroupe et valorise les initiatives low-tech de part le monde. Le Lab propose notamment un annuaire des initiatives ainsi que des wiki/tutos pour faire soi-même un certain nombre de projets low-tech.

Parmi les acteurs commerciaux on peut retrouver FabBrick qui recycle les déchets textiles pour le design et l’architecture ou Bilium qui recycle les vieilles affiches publicitaires et gilets de sauvetage pour en faire des sacs et des carnets.

A l’étranger, on peut parler de Limor Fried qui est spécialiste du DIY (Do It Yourself) aux Etats Unis.

 

Comme vous pouvez le voir, les low-tech ne sont pas une régression et constituent un challenge stimulant ! Elles complètent les high-tech et es remplacent sur de nombreux aspects. Les opposer serait une erreur selon moi. Il faut voir les low-tech comme une solution à imaginer en premier lieu et à remettre de plus en plus dans nos vies.